Dojo de France - Judo des académies

Notre groupement Judo des académies Actualités Nous rejoindre Les grades Pédagogie Nous contacter Tribune Libre

Pédagogie

Le judo n’est pas sorcier,

Autrement, il ne serait pas pour tous.

 

Voici nos lignes directrices.

 

Il est simple et doit commencer par les bases.

 

Il est primordial que l’enseignement du judo commence par les gestes de sécurité que sont les chutes et les déplacements en bon équilibre.

 

Dès le début de la pratique on doit apporter la plus grande attention à l'apprentissage des chutes.

Les chutes mal apprises resteront un handicap constant pour l'apprenti judoka tant qu’il n’aura pas pris le temps de les corriger.

 

Il est important que le professeur connaisse de nombreux exercices qui mènent l’élève à une acquisition suffisante, en soulignant que cette étude devra être améliorée tout au long de sa pratique. Savoir tomber et apprendre à se déplacer en équilibre par l’étude des tai-sabaki sont les bases indispensables pour bien aborder une étude intéressante de la discipline.

 

L’étude des techniques debout requiert beaucoup de répétitions, de travail personnel, il n’est pas indispensable d’être très habile. Être régulier, attentif, appliqué sont de tout aussi bons atouts sur lesquels l'enseignant doit insister..

 

L’enseignant doit démontrer, corriger, faire sentir, varier son travail, puis aussi connaître l’élève, pour l'amener sur la route du progrès.

 

En ce qui concerne le travail au sol, si bénéfique à tous, il convient de commencer par le travail fondamental des techniques d'immobilisations, très vite complété par celui des déplacements et de l'attitude dans les différentes positions des partenaires. Les exercices individuels sont également très variés. Étranglements et kantsetsu-waza ne peuvent bien fonctionner tant qu'un certain niveau de contrôle n'est atteint.

 

L'attribution des ceintures marque les niveaux d'étude et d'acquisitions.

 

Concernant les élèves plus gradés, nous rencontrons deux populations différentes, : ceux qui s'adonnent à la compétition et ceux qui n'envisagent pas d'en faire.

 

Pour les premiers, le professeur devient alors entraîneur. 0utre la progression technique qu'il doit continuer à assurer, le champ d'action s'élargit avec la préparation physique et l'entraînement, les conseils en hygiène de vie, et l'approche psychologique des compétitions.

 

Pour les seconds qui se divisent eux-mêmes en deux catégories : les anciens compétiteurs et ceux qui pour diverses raisons n'aborderont jamais cette partie du judo. A partir de ce constat et de cette situation la recherche de chacun se concentrera sur la correction de soi-même, dans le perfectionnement et l'exécution des techniques, le randori et les kata.

 

Grâce à la variété des techniques tant debout qu'au sol, l'étude sérieuse des nombreux kata sont une source inépuisable d'acquisitions personnelles qui mène vers la maîtrise.

Dojo De France